Agences Régionales de Santé (ARS) : Vers un pilotage efficace?

Le point de vue de la revue Que Choisir:

Mises en place le 1er avril, les ARS peuvent piloter conjointement l'hôpital, les soins de ville, le médico-social (handicap et personnes âgées) et les actions de prévention. Regroupant les compétences de plusieurs organismes (DRASS, DDASS, URCAM, etc...), elles doivent permettre de nouvelles économies tout en améliorant l'efficacité des soins. Outre le retour à l'équilibre financier des hôpitaux en 2012, leur objectif est de renforcer la coordination et l'accès aux soins, et d'assurer le développement des structures  destinées aux seniors et aux handicapées. Une meilleure permanence des soins en secteur libéral et le renforcement des maisons de santé doivvent diminuer le recours à l'hôpital.

Mais la mission ne sera pas simple à remplir. Si la tutelle sur l'hôpital a été renforcée, celle sur la médecine de ville reste formelle. Rien n'est opposable aux médecins libéraux : ni l'installation, ni les conditions de la permanence des soins. Et la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) réclame déjà une limitation du champ d'action des ARS.

Espérons qu'on laissera aux ARS les maigres prérogatives qu'elles ont obtenues sur la médecine de ville, sinon ce nouveau pilotage perdra tout son sens. Il faut également leur donner plus de latitudes pour redéployer des moyens entre les secteurs hospitaliers, ambulatoire et médico-social. C'est essentiel si l'on souhaite restructurer sans augmenter trop la dépense. Le déficit atteint, en 2009, 20,2 milliards pour la sécurité Sociale, dont 10,5 milliards d'euros pour l'assurance maladie.

Revue Que Choisir n° 481 - mai 2010 (page 5)    

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site